Le Tourmente

Historique du Tourmente, ex-Oô, ex-Coaltar.

L’automoteur Tourmente est né en 1934 aux chantiers H.H. Boderres à Millingen, aux Pays-Bas.

Il a été commandé par la Sté Chimique, Routière et d’Entreprise Générale (SCREG) au gabarit du Canal du Midi, c’est à dire 29.50 m de long pour 5.32 m de large, donc plus court et plus large que les péniches au gabarit Freycinet en usage dans la plupart des autres canaux du réseau européen (38.50 m X 5.05 m).

Son acheminement vers le canal des Deux Mers se fera donc par la mer, en compagnie de quatre autres bateaux, tractés par un remorqueur. Le voyage sera mouvementé puisqu’il verra l’un d’entre eux sombrer au large de la Bretagne

Le Tourmente, qui a été baptisé du nom d’un produit bitumineux, Coaltar, a un frère jumeau, dénommé le Bitumen, toujours présent sur le canal des deux Mers. Tous les deux transportent du goudron liquide dans deux cuves, avec au centre du bateau une chaudière servant à maintenir le produit à l’état liquide.

Pendant près de 40 ans il fait des allers retours entre les raffineries de Blaye dans l’estuaire de la Gironde et Toulouse, participant à la vie du canal où circulent côte à côte des bateaux de compagnie et des artisans bateliers, transportant des céréales, des hydrocarbures, de la pâte à papiers, de la pyrite et d’autres produits, dont bien sûr le vin qui sera la dernière marchandise transportée sur le canal du Midi, par le Bacchus qui fera son dernier voyage de Sallèles d’Aude à Bordaux en 1989.

En 1975, le Coaltar, rebaptisé l’Oô, est racheté et transformé pour l’extraction de sables et graviers sur la Garonne et à cet effet est équipé d’une grue et de deux coffres pour recevoir les graviers.

C’est pour une péniche un moment douloureux, recevant alors des coups de godets et échouée régulièrement chargée dans les esteilles, ce qui lui vaut quelques bosses dont il garde les stigmates aujourd’hui.

En 2000, l’OÔ est rachetée pour un projet associatif qui doit emmener le bateau à travers l’Europe. Mais on s’aperçoit que son gabarit particulier lui interdit le passage dans les écluses des canaux Freycinet et le projet est abandonné.

Le bateau est alors racheté par un couple de néo-bateliers, qui décident de le restaurer et de lui rendre sa fonction première : le transport de marchandises sur le Canal du Midi, et parallèlement, l’ouvrir au public dans le cadre de manifestations culturelles et patrimoniales.

An 2007 il participe à une première opération de promotion par le transport fluvial et charge à Béziers aux écluses de Fonserannes le vin de 40 producteurs pour Bordeaux où il rejoint le Belem.

Depuis 2010, le Tourmente participe au Voyage Entre Deux Mers, qui emprunte tout le linéaire du canal des deux Mers, de Sète à Bordeaux, en transportant la mémoire des mariniers et des produits issus des territoires traversés par ce canal. Il a participé en 2013 au Congrès mondial des canaux à Toulouse, et en 2015 à l’occasion de la Conférence sur le Climat COP 21, à un voyage de promotion du transport fluvial de Bordeaux à Paris, organisé par l’association Vivre le Canal.

En 2016,il participe à Escale à Sète pour représenter la batellerie du Midi, où il présente exposition photos, documentaires et Comptoir du Canal à plus de 8000 visiteurs.  Après une nouvelle tournée avec le festival Convivencia qu’il suit depuis 2001, il repartira pour un voyage sur le canal des deux Mers pour commémorer le 350ème anniversaire de l’édit royal autorisant la construction du canal.