Transport fluvial

Le transport fluvial sur le canal des Deux Mers

Depuis le dernier voyage du Bacchus en 1989, et ceux des derniers céréaliers à Bordeaux en 2001, ne reste plus comme transport de marchandises sur le canal des deux Mers que les éléments d’Airbus déchargés à Langon.

Le Tourmente, racheté en 2001, a été réhabilité en vue de faire du transport sur ce gabarit particulier du canal du Midi, réservé aux péniches de 30 mètres, la plupart des autres canaux, soit  4 000 km en France, sur un total de 8 500 km, étant au gabarit Freycinet: 38,50 x 5,05 m.

A partir de  2007 avec les premières réunions organisées par VNF sur le retour du transport sur le canal des Deux Mers, le contexte a évolué favorablement. Aujourd’hui, transition énergétique oblige, l’intérêt du fluvial en terme d’économie de carburant et de faible impact sur l’environnement rend de nouveau attractif ce mode de transport.

Des études menées par VNF sur le retour du transport sur le canal des Deux Mers sont menées actuellement qui ont démontré l’intérêt que portent les entreprises à ce mode de transport et identifié un potentiel de plusieurs millions de tonnes de marchandises à transporter.

Ainsi, environ 400 000 tonnes de céréales produites dans les régions traversées par le canal vont à Port la Nouvelle dont 75% arrivent par camion.

On peut y ajouter le transport de granulats, les déchets à recycler, le bois, les colis lourds, les tuiles et les briques…

En octobre 2014 le Tourmente a effectué un voyage test pour simuler le transport d’un transformateur de 120 tonnes entre Bordeaux et Sète. Ce test a été concluant, et a ouvert la voie à de nouveaux marchés sur le canal des deux Mers.

Un documentaire a été réalisé à cette occasion, il a été projeté dans le Tourmente à l’occasion du Voyage Entre Deux Mers 2016, pendant les 13 escales entre Bordeaux et Sète.

Un deuxième voyage test a été réalisé en mai et juin 2016 entre le canal du Midi et le quai de Roquemaure, sur le Rhône, avec des balles de carton à recycler. Il a montré qu’il était possible de trouver du fret sur ce trajet, pourtant actuellement entièrement dédié au tourisme.

Cependant, il est possible de dire que le transport est revenu en septembre 2017 puisque, à la suite du test effectué en 2014, un transformateur de 87 tonnes a été chargé sur le Tourmente à Lyon pour être déchargé dans le port de La Nouvelle.

Le retour des péniches permettra d’entretenir le chenal de navigation, qui s’est envasé d’un centimètre par an depuis l’arrêt du passage des bateaux chargés.

En outre, le retour à sa fonction première permettra d’améliorer son image, écornée depuis l’abattage de ce qui faisait son attrait principal, les platanes.

Une étude en cours a identifié un potentiel de 3 500 000 de tonnes de marchandises et plus de 30 entreprises intéressées par le transport fluvial entre Bordeaux et Toulouse.

Caractéristiques du canal :

Le canal du Midi pouvait, en 1970, faire passer des péniches portant 160 tonnes de marchandises, et le canal latéral, aux écluses de 40 mètres, 250 tonnes.

Depuis les derniers passages de péniches chargées à la fin du XXème siècle, les péniches sur le Midi peuvent aujourd’hui  transporter 140 tonnes de marchandises, et sur le latéral  200 tonnes.

D’autres voies sont à explorer, comme la logistique urbaine fluviale, le transport de déchets, la messagerie et le transport de vin.